20 millions investis pour sa campagne en 2019 dans pas moins de 218.000 publicités Facebook… Tout ça pour commencer à soutenir sa réélection et lutter contre la procédure de destitution (impeachment).

Cet article de la RTBF est le seul que j’aie trouvé en français qui fait écho à l’enquête (en anglais) du Guardian (l’archétype du journalisme d’investigation qui a trouvé un modèle économique qui fonctionne tout en laissant ses contenus en accès libre).

Extrait :
💬 « Une campagne qui mise également énormément sur le data et la collecte de données de l’aveu même de son concepteur (Brad Parscale) tel qu’il l’a expliqué au Guardian: « Si nous vous touchons numériquement, nous voulons savoir qui vous êtes, comment vous pensez pour pouvoir vous intégrer dans nos bases de données afin que nous puissions modéliser, (ré)apprendre et comprendre comment se déroulent les choses ». »

Je parlais de cette technique du microciblage dans ma chronique pour Empreinte digitale à la veille des élections belges de 2019, avec en prime des conseils simples pour protéger ses données personnelles. Les résultats au lendemain des élections du Vlaams Belang, ce parti d’extrême droite flamand qui a fait un saut après avoir été, de loin, le premier parti en termes de dépenses pour la publicité sur les réseaux sociaux, est un autre exemple de la redoutable efficacité de cette technique.