Pour défendre Alexandre Benalla, Ismaël Emelien, conseiller spécial du Président, décide de publier une vidéo sur Twitter pour décrédibiliser le couple molesté par A. Benalla. Premier problème : la vidéo contient des images de surveillance de la police, dont la diffusion est illégale. Deuxième problème : l’homme mis en cause dans d’autres images de la vidéo n’est pas celui qui a été molesté par A. Benalla. Troisième problème : la vidéo a été diffusée via un compte Twitter anonyme, mais géré par le responsable du pôle e-influence de La République En Marche.

Extrait de la chronique originale de Xavier de La Porte pour France Inter :

💬 tout cela manifeste ce qu’on pourrait appeler un “réflexe trumpien”. Pourquoi “trumpien” ? Parce qu’il s’agit de faire comme Trump : pour contrer une information provenant d’un journal sérieux (et dont on peut imaginer qu’elle a été pesée et vérifiée), opposer un tweet et des images dont on n’a rien à faire de savoir si elles sont vraies ou pas, et voir ce que ça donne. Là, c’est un mépris pour la vérité qui se révèle. On n’est pas loin d’un cas exemplaire de fabrication de fausse information.