Quelles conséquences ont les nouvelles technologies sur notre façon de lire et de penser? C’est la question au centre des recherches de Maryanne Wolf, chercheuse en neurosciences cognitives. Interview par Usbek et Rica (du nom des personnages des Lettres persanes de Montesquieu), « le média qui explore le futur ».

Extrait où il est question de l’impact sur notre rapport aux « fake news » :

« Nous faisons face à une telle masse d’informations qu’en considérant qu’il y en a trop, nous allons, au lieu d’avoir accès à des ressources multiples, les réduire à un ensemble de synthèses, réalisées par des personnes auxquelles nous confions la responsabilité d’émettre un jugement à notre place. (…) Selon le temps dont vous disposez, vous allez simplement consulter une seule source, et si c’est la plus confortable et la moins stimulante, vous n’aurez pas écouté le point de vue d’autres personnes. La grande quantité de sources d’information conduit les gens à réduire celles qu’ils consultent. Et au milieu de ça, il y a les fake news… Ce n’est pas la façon dont nos cerveaux devraient traiter l’information. (…)

Un écran vous encourage à aller de plus en plus vite, et ce de deux façons : d’abord parce qu’il est éphémère, mais aussi et surtout parce que sur Internet vous êtes constamment distrait, par ce qui vient sur la gauche puis sur la droite. Vous avez deux sources de distraction et cela diminue l’attention ciblée. Ce skim reading est synonyme de manque de concentration, de mouvement permanent et d’absence de vérification. L’efficacité, la vitesse, deviennent les processus dominants. Le problème, c’est que la vitesse, mobilisée face à la multiplicité des sources d’information, aboutit à la distraction plutôt qu’à l’attention ciblée. Or l’attention ciblée n’est que le début du circuit. La lecture profonde est centrale : tout ce qui sert à l’analyse critique en est issu. Si vous n’avez pas le temps, vous lisez en diagonale, et faites des déductions. Et qu’obtenez-vous? Une tendance à croire tout ce que vous lisez. »

L’article en entier sur le site d’Usbek et Rica